SAINTE-CENE

 

 

Les disciples de Jésus-Christ d’aujourd’hui, comme ceux de la Communauté de Jérusalem, prennent la Sainte-Cène le soir, à table, pendant le repas en commun. La Sainte-Cène est un geste de foi que nous faisons en souvenir de ce que Jésus-Christ a fait sur la croix à notre place.

Voir Croix. Sacrifice

 

Le pain sans levain qui a été préparé par un frère ou une sœur de la Communauté est rompu. Il représente la chair de notre Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu qui s’est incarné pour venir mourir sur la croix. Voir Pain.

 

Le vin rouge représente le Sang Divin que Jésus-Christ a versé pour nous afin d’expier nos péchés 1 Cor 11/23-29. Voir Vin.

La Sainte-Cène est prise après le Lavage des pieds. Voir Laver. Pardonner.

 

Ainsi, chacun s’étant mis en ordre avec les uns et les autres, et avec Dieu, peut manger et boire.

 

Chacun mange et chacun boit.

 

Personne ne se prive. S’il se trouve une personne qui ne mange pas et ne boit pas, elle montre par là qu’elle a besoin d’aide. Un ou plusieurs anciens de La Communauté peuvent la secourir en réglant sa, ou ses difficulté(s), après l’avoir écoutée en confession. Voir Péché. Confesser.

 

La Sainte-Cène est une Ordonnance. Voir Ordonnances.

 

Prendre la Sainte-Cène indignement est une chose grave 1 Cor 11/27.

 

Prendre La Sainte-Cène sans discerner le Corps du Seigneur, c’est ne pas croire que celui, celle ou ceux qui la prennent avec nous, sont des Enfants de Dieu. C’est continuer de tenir rigueur contre un frère pour qui Christ est mort.

 

En prenant La Sainte-Cène, c’est donc soi-même que l’on doit juger et non les autres.

 

Et quand on se juge, ce n’est pas dans le but de se condamner soi-même et de se priver de La Sainte-Cène, c’est plutôt dans le but de réaliser là où nous en sommes, et de mettre les choses en ordre avec Dieu, et avec tous les autres 1 Cor 11/23-33.