Ecrits sur la naissance de Jésus par Victor Escroignard



Joyeuses fêtes de Noel-Hannoukah


Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur


On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace [Hannoukah]. C'était l'hiver.


La conception de Yéshoua a-t-elle été prophétisée dans l'Ancien Testament? Oui! Où et qu'est-il dit? "Donc le SEIGNEUR Lui-même vous donnera un Signe: Contemplez, la vierge Concevra et portera un Fils et appellera Son nom Immanu El (Dieu est avec nous)." Isaiah 7:14 Dieu pourrait-il nous avoir aussi révélé dans Sa Parole en quelle saison ce grand événement se produisit et pourrait-il aussi nous avoir révélé dans Sa Parole un jour spécifique? Oui, Il l'a fait! Cela se trouve dans le livre d'Haggaï (Haggée) 2:18, 19 (environ 520 av. J.-C):


"Considérez attentivement Ce qui va se passer à dater de ce jour et ultérieurement, à dater de ce jour qui est le vingt-quatrième jour du neuvième mois(le neuvième mois hébreu est le mois de Kislev), jour où ont été jetés les fondements du sanctuaire de l'Éternel, prenez-le bien à coeur!"


C'est le jour de la Conception de notre Seigneur Yeshoua!


Le 24ème jour du neuvième mois est le 24 Kislev. La fête de Hannoukkah en 164 av. J.-C, célébration de la purification et remise en fonction du Temple par les Macchabi, eut lieu le 25 Kislev. La célébration dura pendant huit jours. Dans L'année 2005, le 24 Kislev tombait le Jour de Noël le 25 décembre. Dans L'année 2011, le 24 Kislev tombait le 20 décembre. En 2016 le 24 Kislev tombe le 24 décembre. Nous pouvons trouver une preuve possible de cette Vérité de la Conception de Yéshoua dans l'Évangile de Jean10:22-38:" celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu." (Richard Aaron Honorof)


En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.


Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.


Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.


Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethlehem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David,


afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.


Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,


et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie.


Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.


Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur.


Mais l'ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie:


c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.


Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.


Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, louant Dieu et disant:


Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée!


Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons jusqu'à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.


Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche.


Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant.


Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers.


Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur.


Et les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé. Luc 2 :1-20


Le Public du temps de Luc aurait immédiatement recueilli la signification religieuse des bergers de Bethléem gardant leurs troupeaux la nuit. Conscients du Tanakh (Ancien Testament) et du culte juif au Temple en ces temps, ils auraient su que lorsque vous avez dit Bethléem, vous avez dit "agneaux sacrificiels". Les collines autour de Bethléem étaient le domaine de milliers d'agneaux utilisés dans le rituel du culte dans le temple. Etant un enfant de Bethléem, le roi David aura probablement été habitué à voir des moutons destinés aux offrandes quotidiennes ou utilisés dans les sacrifices à l’occasion des grandes fêtes sur ces mêmes collines. Chaque jour, selon la Torah, deux agneaux étaient requis pour un sacrifice quotidien dans le Temple, ce qui signifie que 730 agneaux étaient nécessaires chaque année en plus des dizaines de milliers d'autres agneaux nécessaires pour Pessah (Pâque) ainsi que pour les autres rituels religieux. Tout le monde en Israël reconnaissait Bethléem comme étant synonyme d’agneaux sacrificiels. Le sacrifice deux fois par jour d'un agneau ainsi ordonné dans la Torah était connu sous le nom tamid signifiant continuel (qui se trouve dans le verset 3 de Nombres 28: 1-8. Il était la première offrande et la dernière offrande de chaque jour et, bibliquement, est le seul sacrifice que strictement appelé à un agneau mâle sans tache ni défaut qui ne pouvait être remplacé. Les exigences du sacrifice à Pessah (Pâque) pouvaient en fait être un bouc ou un taureau ainsi qu’un agneau (Lévitique 22: 19-21). Le mot hébreu tamim, (est traduit pour les agneaux "sans tache ni ride") signifie complet, total, entier, convenable et est le même mot utilisé pour «parfait» décrivant Noé dans Genèse 6: 9 et par YHVH pour Abraham dans Genèse 17: 1. Le tamid était sacrifié à la troisième heure chaque matin, en même temps que Yéshoua lorsqu’il a été hissé sur la croix (Marc 15:25, Mishna: Tamid 3: 7; Edersheim, le Temple, chapitre 7, p 108) et à la neuvième heure chaque après-midi au moment où Yéshoua fut offert comme cet agneau sacrificiel (Marc 15:. 34-37, Antiquités des Juifs 14.4.3 et 14:65; Philo lois spéciales I, XXXV-169), une fois pour toutes, continuellement, tous les jours de l'année comme l'expiation pour l'ignorance de ce que cela signifie d'être séparé de la présence de YHVH (Exode 29: 38-42); et de devenir la motivation derrière les mots de Yéshoua, "Pardonnez-leur, Père, car ils ne savent ce qu'ils font» - le sacrifice pour le péché d'ignorance (Luc 23: 33-35, Lévitique 5: 17-19).


En apprenant que Yéshoua est né à Bethléem, cela aurait déclenché automatiquement une image de l'Agneau de YHVH, qui ôte le péché du choix


des hommes qui se traduisent par une séparation de la Présence du Saint d'Israël commençant avec Adam dans le récit de la Genèse chap.3. Avec cela à esprit, il est facile pour nous d'imaginer l'un des auditeurs de Luc disant: «Bien sûr, l'Agneau de YHVH proviendrait de Bethléem -. Tous les agneaux pour le sacrifice sont venus de là 'Il serait naturel pour eux de revenir sur cette imagerie.


Chaque événement dans la vie de Yéshoua pointait vers sa mort prophétisée. Dans la nuit de sa naissance, un ange est apparu aux bergers qui étaient dans les champs « veillant sur leurs troupeaux la nuit» et leur a indiqué: Vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une mangeoire» (Luc 2, ci-dessus). Les bergers ont immédiatement répondu, «Allons jusqu'à Bethléem et voyons ce qui vient de se passer, ce que haShèm (le Nom) a fait connaître» (v. 15). Où auraient-ils su aller - car il n'y avait pas de directives fournies?


Michée, le prophète juif qui prédit la naissance (du Messie) haMashiach à Bethléem, a également prophétisé


"Et toi, tour du troupeau (en hébreu, migdal édèr), haut lieu fortifié de la fille de Sion, ton « ornement » et viendra la domination première; le royaume pour la fille de Jérusalem "(Michée 4: 8).


וְאַתָּה מִגְדַּל-עֵדֶר, עֹפֶל בַּת-צִיּוֹן--עָדֶיךָ תֵּאתֶה; וּבָאָה, הַמֶּמְשָׁלָה הָרִאשֹׁנָה, מַמְלֶכֶת, לְבַת יְרוּשָׁלִָם


[Note : עָדֶיךָ תֵּאתֶהest difficile à traduire et il est omis dans les traductions עָדֶיךָ (‘odéikha) peut signifier : tes ornements, ton éternité, tes passages, tes dévêtements. (V. E.)]


Bien obscur et souvent négligé, Mikhah (Michée) a révélé que le Messie, qui incarnait l'espoir du Royaume, "devait être révélé depuis Migdal Edèr - la tour du troupeau '." A proximité du lieu où les bergers campaient cette nuit-là, dans la partie nord de Bethléem sur la route de Jérusalem, (un lieu qui est à moins d'une heure de marche), se trouvait la tour dite Migdal Edèr, la "tour de guet du troupeau." C’était la station où les bergers apportaient leurs troupeaux destinés aux sacrifices dans le Temple.


Pour les animaux trouvés aussi loin de Jérusalem, au nord de Bethléem et dans ce circuit d’un côté et d’autre, les mâles étaient proposés pour l’holocauste (‘olah), et les femelles pour le sacrifice d’action de grâce (zévarh shelamim).


Dans la nuit durant laquelle Yéshoua est né, le message angélique est venu à ces prêtres du Temple dont les fonctions étaient désignées souvent depuis leur jeunesse, de «veiller sur leur troupeau." Ce n’était pas n’importe quelle harde ni troupeau. Les bergers qui les gardaient étaient des hommes spécialement formés pour cette tâche royale. Ils ont été éduqués pour savoir ce que devait être un animal destiné au sacrifice, et c’était leur travail de s’assurer qu'aucun des animaux n’ait été blessé, endommagé ou entaché.


Pendant la saison d'agnelage des brebis, elles étaient amenées depuis les pâturages, jusqu’à la tour, dont le niveau inférieur faisait office de salle d'accouchement pour les agneaux sacrificiels. Ces prêtres (Cohanim), étant eux-mêmes sous le contrôle rabbinique particulier, maintenaient strictement le lieu de naissance rituellement propre. Une fois nés, ces prêtres-bergers plaçaient systématiquement les agneaux dans la dépression taillée d'une roche calcaire connu sous le nom «crèche» ébous אֵבוּסφάτνῃ fatnèh et «enveloppaient les agneaux nouveau-nés dans des langes," les empêchant de se débattre et de se faire du mal « jusqu'à ce qu'ils se soient apaisés » afin qu'ils puissent être inspectés pour recevoir la qualification : « sans tache ni ride » (ibid., la tradition orale juive & Alfred Edersheim, la vie et l'époque de Jésus le Messie).


Il n’était pas nécessaire que les anges donnassent à ces bergers une direction vers le lieu de naissance parce qu'ils la connaissaient déjà. Ils furent les hommes qui élevaient les agneaux sacrificiels destinés aux sacrifices dans le Temple. Lorsque l'annonce angélique est venue, ils savaient exactement où aller, comme Luc 2 l’indique, car le signe de la crèche ne pouvait que signifier la crèche à la base de la Tour du Troupeau (Migdal Edèr), ainsi qu’il se trouve dans le libellé original grec de Luc 2: 7,12 et 16. Vous ne pouvez pas expliquer la signification ou le sens du signe qui leur fut donné ou leur réponse, à moins d’avoir la bonne crèche, les bons bergers et la perspective hébraïque adéquat.


Aborder ce sujet dans la perspective hébraïque montrera que lorsque les langes "chiffons" ont été utilisés dans le traitement des nouveau-nés, langes «bandes» (telles que citées dans Job 38: 9) étaient utilisées pour maîtriser les animaux destinés plus tard au sacrifice. Ces «bandes» langes חֲתֻלות rhatouloth étaient des bandes de tissu de gaze utilisées pour maintenir un agneau en cours de préparation pour l'inspection avant le sacrifice afin de l’empêcher de se débattre et qu’il ne se rende impropre en se heurtant ou se blessant. Un sacrifice devait être "lié" (en hébreu ‘aqad) pour être valide. "Lier" un animal pour le sacrifice est la ‘aqédah hébreu (ibid., l'hébreu Glossaire et terminologie); spécifiquement mentionnée avec Abraham «liant» Yitzrhak. (Isaac) « ‘aqédath Ytzrhak » pour le sacrifier à l’Eternel selon Genèse 22: 9 (ce sacrifice particulier n’a bien sûr, jamais été consommé).


la tour migdal eder

Ce qu’il reste de Migdal Eder aujourd'hui


La forme intensive de temps utilisé dans l'original grec de Luc 2:12 montre qu'il sera trouvé "avoir été emmailloté" εὑρήσετε βρέφος ἐσπαργανωμένον sans aucune indication de ce en quoi consistait «l'emmaillotage". Donc, il n’est pas exagéré de voir dans le nouveau-né Yéshoua, le signe de "la crèche", de la salle d'accouchement de Migdal Edèr "ayant été emmailloté» dans les bandes utilisées pour les agneaux destinés à la ‘olath ha-tamid (sacrifice perpétuel) amenés là, pour l'inspection en vue de leur destinée au sacrifice. (Il existe 5 formes de sacrifices)


La tradition voudrait nous faire croire que Joseph et Marie se sont retrouvés «coincés» dans une étable comme moyen de dernier recours pour donner naissance au Fils de YaHoWéH. Il n’y aurait pas eu de place dans l’auberge, peut être à cause du déplacement de foule dû au recensement, ou bien à une fête de pèlerinage, Cependant, il n’est trouvé nulle part aucune preuve dans les Ecritures pour soutenir cette affirmation. Le mot grec utilisé dans Luc 2: 7 traduit par «auberge» et que l’on a imaginé un caravansérail, est katalumati, καταλύματι qui est le même mot grec traduit par "chambre d’hôtes" (hébergement אירוח) dans Marc 14:14 et Luc 22:11. Ce passage dit : "… pas de place dans la kataluma" - et non-pas «auberge». Kataluma aurait été une chambre d'hôtes dans la maison familiale.


Selon le récit biblique: Boaz était le grand-père du roi David (1Chroniques 2: 12-15, Matthieu 1: 5-6), dont la lignée est venue jusqu’à Joseph, marié à Marie, qui donna naissance à Yéshoua haMashiarh (le Messie). Boaz possédait une aire de battage à Bethléem qui, par droit d'héritage, a été rendue aux générations futures au sein de la lignée de David (Ruth 2: 4, Ruth 3: 1-2). Hérode a pu être roi en Israël, mais le César (empereur) était Auguste. Augustus a ordonné un recensement de l'ensemble du monde romain, ce qui signifie que toutes les personnes ont dû retourner à leur lieu d'origine. Joseph était un descendant de la maison et de la lignée de David, et ainsi, il est retourné de Nazareth en Galilée, à la maison familiale à Bethléem en Judée (Bethléem était la ville de David). Marie, fiancée à Joseph, s’est rendue avec lui (voir coutumes des Fiançailles hébraïques).


Selon la Torah, quand une femme avait un épanchement sanguin, elle était rituellement impure (nidah) pendant ce temps et durant les sept jours suivants. Elle restait cérémonieusement impure jusqu'à ce qu'elle fût purifiée en entrant dans un mikvé (immersion dans l'eau) en présence du témoignage d'une femme appointée par un rabbin. Alors qu'elle était rituellement impure, elle devait vivre séparément du reste de la famille afin de ne pas souiller les personnes dans le ménage et par sa présence les rendre impurs. Par conséquent, pendant ces périodes, la femme les quittait et restait à l’écart dans une zone à proximité où elle ne souillerait pas la maison. (Lévitique 15: 19-23). Lors de l'accouchement et de la question de la perte de sang, la même règle s’applique aux femmes qui accouchent.


Durant la naissance, avec l’écoulement de sang, la même règle s’applique à une femme en accouchement. Si elle avait donné naissance dans la salle de vie commune, elle aurait souillé la famille et il aurait été nécessaire pour eux d'être rituellement purifiés par deux, une immersion rituelle et un sacrifice; par conséquent, les femmes devaient quitter la maison et donner naissance ailleurs. Après la cessation d’écoulement du sang et le temps nécessaire (40 jours un garçon) avant d’effectuer la purification, la femme et l'enfant devaient accomplir les rituels de purification nécessaires pour être rituellement propres et retourner à la maison avec le reste de la famille. Ainsi, avec cette compréhension du contexte, qu'il n’y ait «pas de place pour eux dans la « kataluma » serait considéré comme tout à fait approprié. Mais cela ne signifie pas que Marie aurait été sommairement ostracisée par sa famille, et réduite à résider dans une étable.


Juste au-dessus du champ du berger, au nord-est de la Bethléem moderne, se trouvent les ruines de l'ancienne Bethlehem Ephrata (Michée 5: 2); Genèse 35:19 et 48: 7 ; toutes ces citations indiquent que Rachel a été enterrée à "Ephrata, qui est Bethléem." Ephrath ou Ephratah était l'ancien nom de la région qui a également été appelée Bethlehem. Il semble raisonnable que Joseph et Marie se rendirent à la maison ancestrale de la famille avec l'espoir que le Messie serait né à l'endroit où David naquit. Les archéologues sont convaincus d’avoir trouvé les ruines d'une structure à une quarantaine de mètres vers le haut de la colline où se trouvent les ruines de Migdal Eder, -la Tour du troupeau-, bien qu'elle ne parviendra jamais à la connaissance du public en raison de la nature hautement lucrative de l’église catholique romaine qui est propriétaire de l'attraction touristique connue sous le nom de "Église de la Nativité" à Bethléem. Il ne faut pas beaucoup d'imagination pour comprendre comment Joseph et Marie, issus d'une famille dont les racines contiennent le germe de la royauté locale qui remonte à des siècles en arrière, ont pu trouver le lieu d’accouchement dans la maternité sacrificielle du Temple de YHVH. C’est selon toute vraisemblance, le Père qui l’a organisée de cette façon.


Surprise! Cet événement n'a pas eu lieu en hiver du 25 Décembre


Yéshoua est né plus tôt, en automne, lors de la fête de Souccoth, "la Fête des Tabernacles." Yéshoua était âgé de 33 1/2 ans au moment de sa mort. Son ministère commence à 30 ans (Luc 03:23), avec son baptême par Jean le baptiseur environ six mois avant la première Pâque de son ministère (Jean 2:13, Jean 1: 33-34, Jean 2:23). La deuxième Pâque est enregistrée dans Jean 5: 1. Si la "fête" mentionnée ici n’est pas la fête de Pâque, alors elle serait l'une des deux autres grandes fêtes, soit la Fête des Semaines Shavouoth-Pentecôte (sept semaines après la deuxième Pâque) ou la Fête des Tabernacles-Souccoth (six mois après la seconde Pâque) - mais, survenant toujours dans la même année.


La troisième Pâque, lors de la nutrition des 5000, mentionnée dans Jean 6: 4 avec la quatrième et dernière Pâque, plus tard juste avant d’être crucifié, mentionnée dans Jean 11:55. Ainsi, en utilisant cette information chronologique, il semble que le ministère de Yéshoua a duré environ 3 1/2 ans. Il a été crucifié à Pessah (Pâque), qui a lieu au printemps (Jean 19: 13-15). Donc, en calculant six mois en arrière, au début de son ministère public à l’âge de 30 ans, le placerait au début de l'automne (Septembre ou Octobre, comme il y a six mois entre la Pâque et la Fête des Tabernacles) qui serait aussi la période de la naissance de Yéshoua 30 ans plus tôt, et non-pas en Décembre. Souccoth (la fête des Tabernacles) est également célébrée à la fin Septembre ou début Octobre (selon le cycle lunaire). Jean 1:14 nous dit que le Verbe s’est fait chair et "habita" parmi nous. Le mot hébreu pour «habita» utilisé dans Exode 29:45 est Shakhànti, Shakhàn signifie "tabernacler". En insérant le bon libellé, l'Écriture se lit maintenant ainsi: «Le Verbe s’est fait chair et a [tabernaclé] habité parmi nous». Il semble évident que le Père l’a arrangé de cette façon.


Il est vrai que les moutons donnent naissance au printemps, ce qui est vrai pour la plupart des moutons dans le monde. Cependant, l'Awassi, un mouton à grosse queue, est une race locale trouvée seulement dans le sud de la Turquie, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l'Irak, Chypre et Israël. Il a été constaté que lorsque les béliers sont introduits dans le troupeau de brebis Awassi tandis que les agneaux nés au printemps ont été sevrés, les brebis donnent naissance à l'automne - ce qui indique qu'elles tombèrent enceintes alors que les agneaux étaient encore en sevrage. Donc, étant donné la fertilité des brebis Awassi, le nombre d'agneaux nécessaires pour les sacrifices du Temple et l'habileté des prêtres du temple dans la gestion des moutons locaux; il est tout à fait plausible pour que le Messie soit né à l'automne comme le récit biblique mentionné ci-dessus l’indique. Mon expérience a montré qu'il était plus sûr de voir le monde de la Vérité trouvé dans l'Écriture plutôt que de plier la vérité de l'Ecriture au profit des spéculations du point de vue du monde ambiant. Tout n’est pas comme il paraît. (d'aprèsHarold Smith)


le mouton awassi

Moutons awassi


 

 


 
haut de page